Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
08 Apr

Climat

Publié par Comtesse  - Catégories :  #Luberon

 



Le département du Vaucluse est soumis à différents types de climats. En effet, son emplacement géographique particulier le place à un point de rencontre entre trois des quatre climats majeurs de France : le climat méditerrannéen pour sa partie sud, le climat montagnard pour sa partie nord-est avec le relief élevé des Monts du Vaucluse et du massif des Barronnies et enfin le climat continental pour sa partie nord-ouest. Toutefois, cette proximité des trois grands types de climat à pour effet de les niveler avec une certaine prédominance du climat méditerranéen. C'est pourquoi pour la partie au nord-ouest l'on parle de climat "semi-continental à influence méditerranéenne" et non plus continental

Les caractéristiques d'un climat méditerranéen sont :

  • des températures contrastées, avec une amplitude annuelle forte d'environ 15°C
  • des précipitations irrégulières, il y a moins de 100 jours de pluie par an et ces pluies tombent sous forme d'averses brutales
  • l'été est très chaud et sec, l'hiver est doux, il y a des pluies violentes au printemps et à l'automne
  • des vents violents, notamment le Mistral qui souffle près de 100 jours par an avec des pointes à 100km/h
  • une végétation principalement constituée de garrigues, maquis, des forêts clairsemées

Douceur du climat et transparence de l'air exaltent les étonnants contrastes d'une nature riche et multiple : striures bleues des lavandes, vert des forêts aux nuances subtiles, flamboyances des falaises d'ocres, blancheur austère des collines calcaires.

Le Vaucluse et ses grandes zones de climat..




L'ensoleillement
L'ensoleillement en Provence est le plus important de la France. Le département du Var ainsi que celui du Vaucluse sont les plus ensoleillés de France.
Ce qui frappe la Provence, c'est son soleil. Un soleil qui frappe durement les façades, les terrasses et qui oblige à une protection. L'hiver, il y a tout intérêt à le faire entrer le plus profondément à l'intérieur des pièces. L'été, il faut le contenir, l'empêcher de rentrer. Ceci conduit à une situation paradoxale : de trop grandes ouvertures seront favorables l'hiver mais redoutables l'été.

La Provence est recherchée pour son soleil. C'est son atout le plus important. Quand il ne brille pas, les provençaux ne se sentent pas bien, ils sont inquiets .Leur caractère se modifie. Ils trouvent cela anormal. Ils se mettent à rechercher des causes, pensant par exemple qu'il y a un dérèglement planétaire et parlent de couche d'ozone. Ils deviennent irascibles et coléreux. Tout en effet est régi pour qu'il soit célébré. Quand il est là, ils s'en protègent, ferment les volets de leur maison .Ils ne sortiront jamais torse nu pour lui rendre hommage. L'été, l'astre devient feu. C'est le "cagnard", un soleil brûlant ! "Fai un souleù que toumbo qu'en suco" . La chaleur devient excessive ; il faut s'en protéger .



Les pluies

Si la Provence est considérée comme un pays où il ne pleut pas ou presque pas, il n'empêche que les précipitations peuvent prendre des proportions gigantesques et catastrophiques en quelques heures. Il suffit de se rappeler le drame de Vaison-La-Romaine (en septembre 1992) où en deux ou trois heures l'Ouvèze est montée de plusieurs mètres entraînant tout sur son passage.

Tous les provençaux ont encore en mémoire la violence de ces précipitations ; une Durance pleine, des crues soudaines, des vignobles inondés, des routes coupées et des ruissellements emportant des morceaux de colline.

L'extrême violence des pluies et leur soudaineté a permis de poser le problème d' un habitat implanté sur des zones inondables. Les anciens connaissaient parfaitement ces zones et évitaient de construire dans des sites en creux ou avoisinant des rivières et des fleuves. Ils recherchaient d'une manière générale les sites dominants
.


La lumière

Sans cette lumière vive, aiguë, rayonnante, la Provence semblerait sans doute bien triste ; lumière faite de soleil et

du grand purificateur qu'est le mistral ; pure lumière de chaque instant de nos paysages, de nos maisons, de nos jardins. Sans cette lumière nous aurions l'impression d'habiter une terre étrangère, sûrement plus au nord et sûrement plus triste.

Lumière chaude qui anime les façades et la couleur des enduits, des murs de pierre. Lumière de la joie de vivre, Lumière de fête. .

La lumière en Provence, si forte, si aveuglante, si souveraine, change pourtant à chaque instant et c'est avec ses modifications de tonalité qu'il faut composer. Nous devons élever murs et façades pour qu'elle puisse jouer. Cette lumière, maîtresse des lieux, porte des ombres fortes, des zones sombres découpées par l'architecture ; le débord d'une génoise, le décrochement d'une façade. Une ombre épaisse, profonde qui par opposition mettra en clarté les zones éclairées par cette lumière. L'ombre change, devient plus lourde d'heure en heure. Il y a lieu de distinguer les ombres propres et les ombres projetées. Les ombres propres sont celles qui naissent de la forme même et lui donnent du relief (exemple une sphère, un chapiteau) ; sans l'ombre propre, un corps apparaîtrait moins signifiant, moins modelé. Les ombres projetées sont composées d'une forme en avancée par rapport à une autre (exemple : une génoise qui porte ombre sur le mur d'une façade) .

On doit se protéger de cette lumière si forte, si blanche. C'est une lumière qui mange les couleurs, avale tout sur son passage, détruit les volumes. Il faut savoir la contenir, la laisser passer en la dosant, en la retournant, en l'adoucissant ; si, par de trop grandes ouvertures, on la laisse pénétrer en toute liberté, non seulement elle éblouira par son éclat, sa force, mais elle s'en prendra à la peinture, aux objets et leur enlèvera toute couleur et tout relief.

Commenter cet article

À propos

Suivez-moi et découvrez mes balades en France et plus particulièrement en Provence